Acheter dans l’ancien : savoir éviter les vices cachés

Le charme d’une villa ancienne vous a conquise et vous avez envie d’accélérer les démarches pour l’acheter ? C’est tout à fait compréhensible, mais pour limiter le coût des travaux de rénovation, apprenez à déjouer les tactiques des propriétaires pour dissimuler les vices cachés du bâtiment avec de bons réflexes lors des séances de visite du bien immobilier à acquérir.

S’assurer de l’état général du bâti et du terrain

Vous souhaitez acheter une ancienne ferme, une maison en pierre ou une propriété au charme rustique ? Mettez de côté l’enthousiasme et procédez à une observation plus technique pour mieux détecter les signes de moisissure dans la cave, de mauvaise isolation, de fissures, etc. Et en tant que primo accédant, vous devriez faire appel à un professionnel en acquisition immobilière pour un coup d’œil expert, notamment pour faire le tour de la maison afin d’observer la façade, demander l’historique des travaux d’entretien de la toiture, l’état général des poutres, des charpentes, des plafonds, des murs et des planchers. Il en est de même pour le système d’ouverture tels la porte d’entrée, les fenêtres et les volets. Vérifiez également la dimension des pièces et la possibilité de circuler entre elles pour faciliter l’emménagement. À l’extérieur, les points à vérifier sont l’orientation de la maison, la vue et les problèmes de vis-à-vis.

Les installations énergétiques : eau, électricité, gaz

Pour votre confort, veillez toujours à ce que la maison dispose déjà des installations indispensables comme l’arrivée d’eau courante et l’état de la plomberie, l’électricité pouvant supporter des appareils électroménagers performants, le branchement au réseau de distribution de gaz. Vérifiez aussi le système de chauffage utilisé que ce soit pour le fioul, le gaz ou l’électricité, si la maison est bien isolée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *